Interview d’Alexandre Leclair d’ALTI Trading : Gagner en Bourse c’est 80 % de mental

Featured Video Play Icon

Aujourd’hui dans cette vidéo, j’ai le plaisir d’accueillir d’Alexandre Leclair du site ALTI Trading. C’est une personne qui a une approche différente de la Bourse par rapport à moi. Lui est trader alors que moi, j’ai un profil d’investisseur de long terme à la Warren Buffett.

Évidemment, l’horizon d’investissement n’est pas la même. Malgré nos différences, nous avons un point commun. En effet, nous sommes des passionnés de la Bourse.

On s’est rencontré en ligne pour la première fois lors d’une interview qu’il a réalisé courant 2017. J’ai eu le plaisir de répondre à ses questions. Ensuite, en mars 2018, on s’est rencontré pour de vrai lors d’une conférence sur la retraite anticipée à Paris. Je suis intervenu sur cette thématique qui me tenait à cœur.

Sans plus tarder, écoutez avec bienveillance notre interview. Alexandre estime que gagner en Bourse est une question de mental dans 90 % des cas. Ce n’est pas un scoop mais une réalité que vous serez confronté tôt ou tard.

Salut Alexandre, Peux-tu te présenter ? Ton parcours professionnel ou boursier, et si possible tes centres d’intérêts ?

Je m’appelle Alexandre Leclair. J’ai 28 ans. J’avais un parcours professionnel plus orienté dans les achats à l’international. J’ai travaillé pendant 5 ans pour un grossiste en téléphonie professionnel en tant qu’acheteur.

Entre temps, je me formais au trading en lisant et faisant respectivement des livres et des formations. Le but est de m’imprégner du monde du trading qui me passionnait depuis tout petit. En juin 2014, j’ai décidé d’en faire mon métier. Je voulais casser cette vision d’amateur avec un état d’esprit d’entreprise afin de créer des revenus constants au fil du temps.

En janvier 2016, j’ai quitté mon job de salarié pour vivre à 100 % de mon trading. Je gère deux portefeuille boursier. Le premier qui correspond à 80 % de mes revenus en Bourse orienté vers le scalping. Je trade le DAX et le Forex. Le second est un portefeuille moyen-long terme en swing trading sur les actions.

Comme je trade entre 1h30 à 2h/jour, j’ai un crée un site courant 2016 qui s’appelle ALTI Trading. L’objectif est d’aider toute personne qui souhait se créer des revenus de la Bourse et se former quel que soit son niveau en passant du grand débutant à l’amateur perdu qui a toutes les peines du monde à passer à un stade supérieur. Actuellement, nous sommes 70 000 membres tout support confondu.

Pourquoi j’ai quitté mon job ? Tout simplement parce que j’étais payé une misère. J’en ai eu marre de ne pas évoluer pour pouvoir investir ou augmenter mon patrimoine. Mince ! Je me bouge mes fesses.

Concernant mes centres d’intérêt, ce sont les voyages pour partir à l’autre bout du monde sans forcément me poser la question si je peux le faire financièrement ou sans contraintes personnelles. J’adore le sport. Je pratique le golf et le tennis.

 

D’où vient la passion pour le trading ? Qu’est-ce que le trading t’apporte au-delà de l’aspect financier ?

Depuis tout petit, j’ai mon grand père qu investissait sur les marchés financiers. J’ai aussi ma grande tante qui était l’une des premières femmes à accéder aux marchés financiers. Il y a une certaine histoire dans ma famille. Je pense au fil du temps de manière indirecte que ça m’a titillé et envie de m’y mettre. Cela m’a passionné depuis mon plus jeune âge.

Au-delà de l’aspect financier, c’est la liberté de pouvoir travailler ou jouer quand je veux. Je dirais ça me permettait de grossir mon patrimoine. Dans le sens où ce que je vais gagner à court ou long terme, cela me permet d’investir sur d’autres projets comme l’immobilier, la création de business, de sorte de créer un cercle vertueux.

 

Peux-tu nous partager ton expérience de trader en parlant de tes erreurs et tes succès ?

Une erreur que j’ai faite ou les particuliers font est de croire à la formule magique de la stratégie. C’est quelque chose que je remarque beaucoup en discutant avec mes membres au fil du temps. L’autre erreur est de ne pas donner de l’importance au mental et à la psychologie.

Pour moi, il y a deux parties. La gestion de la psychologie qui correspond à 70 à 80 des résultats. Puis la part de stratégie et d’analyse représentent à peine 20 à 30 %.

Il y a pas de phases que le trader passe. La chance du débutant qui est la première phase où tu vas gagner de l’argent. Ouah, c’est génial. Je vais pouvoir faire mille et une choses grâce au trading. Après, tu retombes dans cet état de rêve et tu confrontes à la vraie réalité.

Si tu commences à bien travailler, à être malin et intelligent, et mettre en place une stratégie, tu vas vite stagner. Pour passer au niveau supérieur, c’est la préparation mentale à toute épreuve.

Concernant mes succès, je me pose certaines questions : Qu’est-ce que je peux réduire maximum pour avoir les mêmes résultats ? Y a-t-il un moyen d’automatiser ce que je fais ? Y a-t-il un moyen de réduire mon temps pour obtenir les mêmes bénéfices ?

A l’époque où je me suis formé en Bourse, je passais entre 7 à 8 heures par jour sur les graphiques. J’ai bouffé du graphique pour faire des erreurs, pouvoir me relever et savoir mettre l’axe pour pouvoir réduire le temps passé sur les graphiques.

Il faut savoir que passer 7 à 8 heures par jour derrière les écrans n’a aucun sens. Le cerveau humain est mentalement disponible à se concentrer au maximum sur une période de 2 à 3 heures par jour. C’est valable dans tous les domaines de la vie.

Un moment donné, j’ai remarqué que je faisais plus de gains le matin que l’après-midi. Je perdais la somme des gains du matin pendant l’après-midi parce que je voulais trader, trader et trader. Ce qui était dommage. Par le biais d’analyses et de savoir ce qui est le plus profitable dans ma stratégie et journée de trading, c’était de réduire de 80 % de temps que je mettais à trader tout en arrivant à gagner autant ou plus qu’avant. Au final, je limite mes erreurs.

 

Quels sont les actifs que tu trades ? Si tu as un actif favori, pourquoi ?

Je n’ai pas de limite. Tout ce qui est tradable, je trade. Sur mon portefeuille court terme, j’investis à 80 % du temps sur le DAX. Pourquoi ? Parce que c’est un actif dynamique et propre à trader, puis suivi par énormément de personnes. De plus, les frais sont inférieurs au Forex, car tu n’as pas de commissions aller-retour.

Sur mon portefeuille moyen-long terme de trading, je trade les actions qu’elles soient françaises ou américaines. Et récemment les cryptomonnaies depuis juillet 2017

 

Tu es plutôt scalper, day trader ou swing trader ?

Sur mes trois portefeuille que je possèdes, les horizon de temps sont différentes. Le portefeuille court terme est plus orienté scalping gourmand. Pourquoi le scalping ? C’est de rentrer en position et de sortir en quelques secondes ou minutes après. Tout se passe très rapidement. On va investir sur les graphiques de l’ordre 1 à 15 minutes.

C’est ma partie préférée. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que chaque être humain a une préférence. Sovanna, ça fonctionne mieux pour le long terme. Quant à moi, ça fonctionne mieux pour le court terme pour la simple bonne raison que c’est en accord avec mon profil.

Ayez la conscience que chaque personne est différente. Cela ne veut dire pas ça fonctionne pour Sovanna sur le long terme que ça vous fonctionner pour vous et inversement pour moi sur le court terme. C’est une dimension à prendre en compte.

Le day trading, c’est un peu plus long sur des unités de temps entre 1h jusqu’au journalier. Le swing, c’est du journalier, hebdomadaire et mensuel. On va laisser les positions sur quelques jours, semaines, mois ou années.

 

Quels sont les indicateurs graphiques et techniques que tu utilises régulièrement pour le trading ?

Quand j’ai débuté en Bourse, je testais les premières choses que je voyais sur Internet : le RSI et les moyennes mobiles. Cela ne me correspondait pas parce que je voyais des limites dans ces indicateurs-là dans le sens où je ne trouvais pas de choses concrètes. Par exemple, quand est-ce que je rentre ou sorte précisément ? La tendance est-elle haussière, baissière ou en range ? J’ai vite saturé et de toute façon, je ne gagnais pas d’argent.

Après, j’ai cherché d’autres indicateurs. Je suis tombé rapidement sur l’indicateur Ichimoku Kinko Hyo qui est barbare par son nom mais il est exceptionnel. Selon moi, il permet de savoir la tendance, quand est-ce qu’on doit rentrer en position, quand est-ce qu’on doit sortir, est-ce que la tendance est saine.

Globalement, Ichimoku permet d’optimiser ses entrées et sorties et savoir si on est dans le bon sens. Entre guillemets, c’est un indicateur pour les nuls. Comme c’est un indicateur retardé de tendance, je préfère renoncer à 20, 30 ou 50 % de gains pour entrer dans la bonne dynamique et encaisser les gains avec une forte probabilité.

 

Penses-tu que l’analyse technique est moins efficace à cause des manipulations de marché ?

L’analyse technique est de plus en plus suivie donc c’est bon pour nous au final. Pourquoi ? Parce que si tu as plus d’acteurs qui voient les mêmes choses au même moment, tu vas avoir les mêmes réactions. Tout le monde va réagir à un signal technique majeur.

Prenons par exemple les moyennes mobiles à 50. Quand le cours croise à la hausse, ça part en dynamique et tout le monde voit les mêmes choses.

C’est pour cette raison que c’est un outil qui fonctionne. Il n’y a pas de problèmes par rapport aux manipulations de marché.

 

Quels conseils donnerais-tu pour mieux aborder la Bourse sur le plan psychologique ?

Sur le plan psychologique, la vraie différence est de savoir ce qu’on fait et avoir confiance dans sa stratégie. J’insiste vraiment sur ces deux aspects parce que 80 % des résultats sont liés au mental et à la psychologie. La première chose à faire est de respecter un plan trading où vous notez sur un papier ou tableur Excel à quel niveau je rentre et sors de la position, quel est mon risque gain-perte, dans quel sens je trade.

Vous respectez votre plan de trading. Pourquoi les traders rentable font ça ? Parce que ça évite de laisser les parasites qui viennent influencer vos prises de décision.

La Bourse, c’est juste une question de prise de décision. Par exemple, si vous avez mal dormi la veille ou êtes énervé ou impatient, vous allez avoir tendance à vouloir rentrer en position sur des choses qui ne sont pas forcément liées à votre stratégie.

Le fait de créer un plan de trading va poser les choses. Votre cerveau va voir votre feuille. Est-ce que je vois sur le graphique, c’est bien en accord avec ma stratégie ?

Si je veux aller plus loin, c’est de fixer des objectifs et des limites. Il y a des jours où le marché au niveau du scalping ne donne rien du tout. Il n’y a pas de tendance et c’est dans ces moments-là qu’il vaut mieux éviter.

Concernant les objectifs de gains, je préfère les fixer sur le plan chartiste que numéraire. Quant aux limites, si je perds sur 3 trades consécutifs, j’arrête de trader et cherche les raisons pourquoi j’ai perdu. Ce sont toutes ces choses de bon sens qui permettent d’être là où je suis.

 

On va terminer par cette note. Je te remercie de ta bonne humeur et gentillesse d’avoir répondu à mes questions. Sur ceux, je te souhaite une bonne continuation dans tes futurs projets et de bons trades.

Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on TwitterSovanna Sek on Youtube
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.