Comment investir en Bourse avec sérénité : 10 étapes cruciales à appliquer

L’envie est là pour savoir bien investir en Bourse. Mais nom de dieu, vous ne savez pas comment l’aborder avec sérénité.

Vous avez cette crainte de voir votre capital s’effondrer à la moindre baisse des marchés financiers.

Vous n’osez pas aller plus loin dans votre progression pour devenir un bon investisseur.

Je peux vous comprendre. Sachez bien que le risque en Bourse sera toujours présent. Vous devez apprendre à maitriser votre tolérance au risque.

Cela se fera étape par étape. Le temps joue pour vous parce que la Bourse est un marathon sans fin. Il vaut mieux être inactif pendant la plupart du temps pour trouver le bon moment d’investir en Bourse avec sérénité.

Ne voulant pas vous ménager le suspense, voici 10 étapes que je vous recommandes de respecter.

 

Étape n°1 : Pourquoi voulez-vous investir en Bourse ?

L’investissement en Bourse ne s’improvise pas. Vous devez prendre conscience des risques parce qu’il y aura toujours des hauts et des bas. Avant de pousser le bouchon un peu plus loin, je vous demande une chose.

Qu’est-ce qui vous pousse à investir en Bourse ?

Vous pensez que ce n’est pas important. Moi, je pense le contraire par expérience. Lors de mes premiers pas, j’avouais complètement que c’était passé au-dessus de ma tête à cause de mon appât du gain à court terme.

Au bout du compte, ne pas se poser cette question m’a conduit à investir en Bourse avec un manque de sérénité.

Après plus de 7 années en mettant les mains dans le cambouis sur les marchés financiers, j’avais mis du temps à trouver des réponses. Comme quoi, une question simple n’est pas si facile à répondre.

Et voici mes raisons principales :

  • Préparez ma future retraite parce que le système de retraite par répartition part en couille à cause de nous et des décideurs politiques.
  • La Bourse est un pilier de l’indépendance financière moins coûteux que l’immobilier.
  • Je veux apporter ma pierre à l’édifice au service de mon patrimoine ou à la contribution de la croissance des entreprises.

Si vous êtes dans cette voie comme moi, vous donnerez du sens à vos investissements. De plus, vous les mettez au service pour de bonnes causes.

 

Étape n°2 : Choisissez le bon support d’investissement

En France, vous avez le choix entre le PEA ou Compte-Titres. Rien ne vous empêche de prendre les deux. En lisant dans vos pensées, je parie que vous allez avoir une préférence pour le premier. Pourquoi ? La carotte fiscale évidemment.

Vive le PEA : Pas tant que ça

Les dividendes ne sont pas taxés. Youpi !

Les plus-values sont exonérées d’impôt. Pour en profiter, la patience sera de mise en évitant de réaliser des retraits hors de la liquidité du PEA. Vous devez quant même vous acquitter des prélèvements sociaux.

Vous pensez que c’est un boulet en moins pour aborder la Bourse avec plus de visibilité. Toutefois, ne réjouissez pas trop vite parce que vous aurez des contraintes.

Premièrement, vous êtes limité dans vos choix d’investissement. Vous devez vous contenter d’investir sur les places financières européennes de l’EEE (Espace Économique Européenne) comme Paris, Francfort, Milan, Madrid ou Londres.

Là où je risque de vous décevoir, c’est que leurs conditions de marché en termes de liquidité ne rivalisent pas avec celles de Wall Street.

Deuxièmement, vous ne pouvez pas dépasser une somme de versement en espèces de 150 000 € (300 000 € pour un couple) depuis le 1er janvier 2014. Pour être plus précis, Les dividendes et les bonus exceptionnels ne sont pas inclus dans le décompte.

Compte-Titres : Ne vous fiez pas à la fiscalité

Vous constatez que la fiscalité est pénalisante que ce soit au niveau des dividendes et des plus-values. Pire encore, elle est indexée par rapport à votre taux d’imposition.

Si vous trouvez dans la haute tranche, vous pensez que c’est du racket. Je le conçois mais ne vendez la peau de l’ours avant de l’avoir tué. La fiscalité n’est pas une fin en soi pour faire votre choix final.

À chaud, je vous comprends que ce n’est pas le support d’investissement idéal pour investir en Bourse avec douceur.

Mais posez-vous les bonnes questions sur les avantages du Compte-Titres en dehors de sa lourdeur fiscale.

Qu’est-ce que vous devez savoir absolument sur le Compte-Titres ?

Vous pouvez bénéficier d’un pourcentage d’abattement fiscal sur les plus-values réalisées à condition de conserver les titres pendant une certaine durée : 50 % entre 2 à 8 ans et 65 % pour 8 ans et plus.

Le grand mérite de ce support d’investissement est que vous pouvez investir n’importe où, en particulier sur les actions américaines. Sur les blogs ou forums boursiers, elles sont très recherchées par les investisseurs particuliers de l’Hexagone. Pourquoi ?

Elles bénéficient d’un pouvoir d’attraction au niveau international. La plupart des entreprises cotées sont des leaders mondiaux. En plus, la liquidité est plus importante que les actions éligibles au PEA.

Avec le PEA, vous êtes frustré de ne pas bénéficier des avantages de Wall Street. Ce qui vous oblige d’ouvrir un Compte-Titres.

En ce qui me concerne, j’ai 3 Comptes-Titres respectivement chez Fortuneo et Binck pour mon portefeuille d’investisseur de long terme et un autre chez Degiro pour le trading.

Comme vous le voyez, les forces s’équilibrent entre choisir un PEA ou un Compte-Titres.

 

Étape n°3 : Choisir un courtier en ligne pour investir en Bourse avec sérénité

Le bon choix d’un courtier en ligne n’est pas si évident qu’en réalité. Vous avez la tentation de regarder les frais de courtage.

Honnêtement, je ne vous critique pas que vous cherchiez le plus compétitif en matière de frais de courtage. Néanmoins, vous ne devez pas vous focaliser uniquement sur ce critère.

Vous devez regarder ce qu’il y a en aval. Tout d’abord, vérifiez la présence de frais cachés comme les frais d’inactivité, les frais de connexion, les appels surtaxés pour joindre le service clients, etc.

Ensuite, veillez que votre courtier en ligne puisse proposer des options dont vous avez potentiellement besoin le moment venu. Par exemple, le transfert de titres vers un autre établissement financier ou la conversion des titres au nominatif.

Pour le premier, vous serez obligé de payer une commission. Quant à la deuxième option, les courtiers en ligne la voient d’un mauvais œil si vous optez plus particulièrement pour le nominatif pur. Pourquoi ?

Vos titres seront enregistrés chez l’établissement financier de la société cotée en question. Pour faire simple, ce sont des frais de courtage en moins pour le courtier en ligne.

Pour ma part, je n’ai pas eu de problème chez Fortuneo pour convertir mes titres Air Liquide, Hermès, Seb et Total au nominatif pur. De plus, l’opération est gratuite. Voici la preuve sans bavure.

Conversion de mes actions Air Liquide au nominatif pur

conversion action air liquide au nominatif pur

Conversion de mes actions Hermès au nominatif pur

conversion action hermes au nominatif pur

Conversion de mes actions SEB au nominatif pur

conversion action Seb au nominatif pur

Conversion de mes actions Total au nominatif pur

conversion action Total au nominatif pur

Enfin, la dernière chose à faire est de vérifier si votre courtier en ligne est agréé par les autorités de marché. Privilégiez des pays fiables : France, Belgique, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis, Canada. Pourquoi ?

Parce que ce sont des bastions financiers historiques dans le domaine du courtage. Elles ont fait leurs preuves. L’exigence des autorités de marché et la transparence dans ces pays sont le nerf de la guerre pour investir en Bourse avec sérénité.

Comme vous tenez à savoir qui est le courtier en ligne le moins cher en France, c’est Degiro. Par contre, j’ai constaté deux bémols. Je souhaite le mettre en lumière.

Le premier est les frais des transactions et détention de position sur les marchés hors Euronext Paris et Bruxelles. Pour le constater, vous allez sur le site et cliquez sur « Tarif ».  Ensuite, défilez la fenêtre vers le bas puis vous verrez les détails.

Le second est que vous serez obligé de déclarer par vous-même vos plus ou moins-values et les dividendes. Il faudra sortir malheureusement la calculatrice. Alors pourquoi Degiro ne fait pas le travail à votre place ?

Parce que c’est un broker hollandais qui ne possède pas de succursale en France. C’est aussi simple que ça avec du bon sens.

 

Étape n°4 : Établissez votre stratégie d’investissement

Vous avez raté vos débuts en Bourse comme moi. Si c’était à refaire, vous feriez sûrement d’une autre façon. Comme dans la série Flash ou DC’s Legends of Tomorrow, vous et moi aimerions modifier le passé et le futur. Seulement, cela reste du virtuel.

Si vous débutez, je vous conseille d’établir en amont votre stratégie d’investissement avant de passer à l’action. Cela vous permettra d’avoir un cap à respecter et éviter de vous disperser.

Cependant, vous avez des questions du style quelle est la stratégie d’investissement idéale.

Certaines personnes préféreront le rendement alors que d’autres voudront rapidement accroître leur capital en choisissant des actions évoluant dans des secteurs hautement volatils.

Pour clore le débat, je vous demande d’avoir une stratégie d’investissement qui colle à votre tolérance au risque, vos compétences personnelles et votre disponibilité.

 

Étape n°5 : Faites une check-list de valeurs que vous souhaitiez acheter

Vous avez déjà des idées de valeurs à mettre dans votre portefeuille. Notez-les sur un calepin. Si vous avez pris largement le virage d’Internet, ouvrez gratuitement un compte chez Evernote et créez une note.

Pour investir en Bourse avec sérénité et ne pas vous induire en erreur, privilégiez des secteurs d’activité dont vous comprenez aisément. Et évitez ceux qui vous passionnent (qui sont à la mode) et celui où vous travaillez.

Si vous travaillez par exemple, dans le bâtiment, je vous déconseille d’investir dans ce secteur. Vous allez me dire que Sovanna SEK n’est pas cohérent.

Lorsque vous investissez dans des valeurs de votre cœur de métier, vous aurez tendance à être prisonnier de vos émotions. Vous cherchez à être Monsieur Je Sais Tout en conservant vos titres en pertes sèches.

Malheureusement, les marchés financiers s’en foutent complètement des Messieurs Je Sais Tout ou des avis des experts. Croyez-moi à titre d’expérience. Sinon vous risquez de payer la note.

Après plus de 7 ans d’expérience sur les marchés financiers, j’ai une exigence sur mes choix de valeurs. Sans rien vous cacher, j’évite globalement les secteurs d’activité qui sont dépendants des décisions de l’État.

D’ailleurs, je ne suis pas exempt de tout reproche parce que j’ai du Gazprom dans mon portefeuille boursier d’investisseur. Le rendement est très attractif. À cause des raisons géopolitiques, de la baisse du prix du pétrole et du rouble, j’ai pris cher en termes de performance.

Puis si vous avez lu mon page « À propos » de mon site, je suis détracteur du secteur bancaire. Franchement, leur manque de transparence et l’incompréhension de leur business ne me donnent pas envie de mettre un kopeck. Je fais mon pari que les leçons de la crise financière 2007-2008 n’ont pas été retenues.

 

Étape n°6 : Abordez les grandes lignes de l’analyse fondamentale

Aux États-Unis, l’analyse fondamentale est un outil qui arrive à se faire une place au côté de l’analyse technique. Mais en France, j’ai le sentiment qu’elle est plutôt mise aux oubliettes au profit de l’analyse technique.

La désertion des actionnaires individuels depuis 2007-2008 pourrait être une explication. Mais je l’attribue plus sur le fait que de nombreuses personnes apprenties soient plus appâtées par le trading. La plupart d’entre elles pensent que cela va couler douce avec l’aide de l’analyse technique.

Moi, disciple officieux de Warren Buffett. Je privilégie cet outil pour analyser une action sur le très long terme. Contrairement aux mauvaises langues, vous n’avez pas besoin de compétences particulières ou être diplômé d’une grande école de finance (même si ça peut vous aider).

Il y a tout d’abord la partie quantitative à bûcher, qui est l’analyse financière des documents comptables. Si vous savez comment les lire et maîtriser les quatre opérations élémentaires, vous allez vous rendre compte que ce n’est pas l’Everest.

Concernant la partie qualitative qui revient à étudier le business de l’entreprise, l’environnement de son secteur d’activité et le management, je vais être franc avec vous. Vous n’aurez pas toutes les cartes en main. Vous n’avez aucun droit de savoir ce qui se passe réellement à l’intérieur de l’entreprise. Donc impossible pour vous d’être plus pointu sur ce plan. La seule solution est de signer un contrat de confiance avec le management de l’entreprise, c’est-à-dire la création de valeur pour l’actionnaire.

Dernière chose avant de passer à la prochaine étape. Oubliez les statistiques économiques et les indicateurs de confiance. Pourquoi ? Parce qu’ils sont truqués pour manipuler les investisseurs sans cervelle. Parce qu’ils ont peu d’influence sur le marché actions. Souvenez-vous que les actions sont avant tout des entreprises. Est-ce si effrayant d’investir sur cette classe d’actif ?

 

Étape n°7 : Trouvez votre voie sur l’analyse technique

Bien que l’analyse technique soit très accessible, elle peut jouer sur vos nerfs. Mal exploitée, vos performances seront moyennes. En disant ça, je suis assez gentil.

Ce que je vais vous dire maintenant risque de vous déplaire à son sujet.

Vous aviez pensé que lire des ouvrages sur l’analyse technique allait faire de vous un dieu de la Bourse. Lorsque vous alliez mettre les mains dans le cambouis, l’atterrissage sur terre fut brutal.

Vous preniez un coup derrière la tête en enchaînant des échecs successifs dans vos investissements. Alors pourquoi vous ne parvenez pas à exploiter le formidable potentiel de l’analyse technique ?

L’idéal pour répondre à cette question est de parler mon expérience. Puis la théorie un moment donné, ça vous saoule.

Figurez-vous, lorsque je me suis mis à utiliser l’analyse technique, je recopiais sur les autres avec le RSI ou le MACD. Histoire de partir de bon pied.

Mais au bout de mes deux premiers trades perdantes (pour le compte de mon portefeuille de trader), je me suis aperçu que l’utilisation de ces indicateurs techniques ne me convenait pas par rapport à mon style de trading de long terme.

Il fallait absolument trouver un indicateur qui correspond à mon style de trading de long terme. Puis en lisant un livre de Karen Péloille sur un indicateur qui s’appelle l’Ichimoku Kinko Hyo, j’ai eu le déclic.

Pour connaître les raisons de mon intérêt sur cet indicateur venu du Japon, je vous invite vivement à lire une série d’articles et vidéos :

À travers mon expérience, je pense que vous devez évaluer vos besoins pour tirer le meilleur de l’analyse technique avec sérénité.

Je pense également que c’est une question de personnalité et d’ordre psychologique. Sur ce coup, cela vous demandera un travail sur vous-même. Pour ma part, je n’aime pas vivre au rythme des marchés financiers comme le dit si bien BFM Business. Disciple officieux de Warren Buffett oblige, vous comprenez donc que le court terme n’est pas trop mon truc.

Là dont j’en suis sûr, c’est que vous ne pourrez pas vous en passer du pouvoir prédictif des figures chartistes pouvant atteindre au maximum 80 %. Profitez-en.

 

Étape n°8 : Cherchez des informations de qualité et ouvrez gratuitement un compte Feedly

La Bourse est un milieu enrichissant. Vous pouvez apprendre beaucoup de chose. Mais vous pouvez vous perdre dans la masse d’informations qu’elle vous propose. Et au bout du compte, vous risquez de vous détourner de votre stratégie d’investissement et commettre des erreurs.

De ce fait, restez à tout prix focus. Privilégier les informations de qualité pour progresser en Bourse via des sites/blogs boursiers comme les miens. Si vous cherchez des infos sur des entreprises cotées que vous souhaitiez inclure dans votre portefeuille boursier, ne vous cassez pas la tête en allant sur leur site officiel.

Maintenant comment trier les informations de qualité correctement ?

Avec l’émergence des blogs, il vous est possible de recevoir les derniers articles, vidéos ou podcasts sur votre boîte mail. Cerise sur le gâteau, vous pouvez vous en passer indirectement avec les agrégateurs de flux. Attention, cela ne marche pas pour tous les sites web.

Pour cela, j’ai déniché un super outil qui s’appelle Feedly. Sachez qu’il est disponible sur smartphone et tablette sur la majorité des systèmes d’exploitation.

L’inscription est rapide si vous avez déjà un compte Google, Facebook, Twitter, Evernote ou encore Windows.

Maintenant, faites le tri des sites/blogs boursiers et ceux des entreprises cotées dont vous suivez régulièrement. Ensuite, vous pouvez les classez par catégorie.

Pour mieux vous guider, voici un mini tutoriel sur Feedly :

  • Ouvrir un compte sur Feedly, cliquez sur « Get Start For Free »,
  • Cliquez le mode d’inscription de votre choix soit par les réseaux sociaux,
  • Déplacez vers l’extrémité gauche et cliquez en bas à gauche sur « Add The Content » puis sur « Source »

Tutoriel Feedly

  • Tapez les URL ou les noms de vous sites favoris. Si j’étais vous, faites un copier-coller,

Tutoriel Feedly recherche

  • Cliquez pour chacun de vos sites favoris sur le bouton « Follow »,
  • On vous demandera dans la mesure du possible de l’inclure dans vos favoris ou vos catégories que vous aurez spécifiées sur « Create A Collection ».

Vous trouverez vos catégories sur la barre latérale dans le menu « Feeds » en déplaçant votre souris sur la gauche.

Par ailleurs, vous pouvez utilisez par la suite, Feedly comme un des outils de gestion de votre portefeuille boursier.

 

Étape n°9 : Fractionnez vos achats

Vous avez établi une check-list des actions à acheter pour votre portefeuille. Vous avez constitué un capital suffisant pour construire vos premières lignes de votre portefeuille boursier. Par la suite, vous l’alimentez tous les mois. Surtout, ne le grillez pas.

Comme je l’ai dit en introduction, la Bourse est un marathon sans fin. Rien ne presse de courir après le papier. C’est préférable d’attendre des conditions idéales pour acheter vos actions avec sérénité à un prix juste. Quand je dis un prix juste, ce n’est pas automatiquement de les acheter à un prix bas.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, mieux partir sur des bases saines. Je vous conseille de fractionner vos achats en misant des sommes raisonnables. Et pourquoi c’est raisonnable de procéder de cette façon ?

Le but prioritaire est de vous éviter d’être trop averse au risque en cas de pépin sur les marchés financiers.

Mais ce n’est pas tout. Programmer des achats fractionnés est une occasion de renforcer des lignes performantes de votre portefeuille suite à un mouvement de consolidation à la baisse. Ou encore, vous pouvez moyenner le prix de revient à la baisse si vous possédez quelques actions de belle qualité en perte temporaire.

À quelle proportion faut-il le faire ? Cela dépend de votre niveau de liquidité. Par exemple avec 10 000 €, vous pouvez débourser entre 5 et 10 % pour chaque ligne de votre portefeuille. Avec 100 000 €, ce sera dans une fourchette entre 1 et 5 % mais la somme est plus conséquente en proportion. Évidemment, ce sont des hypothèses subjectives. Chaque cas est différent.

Si vous le voulez bien, je vais terminer par la dernière étape. Selon moi, je vais vous dire que c’est la plus importante à avoir dans un coin de votre tête. Elle retrace en grande partie vos difficultés pour investir en Bourse avec sérénité.

 

Étape n°10 : Comprendre la psychologie de la bulle spéculative

Quand vous entendez parler de bulle spéculative, vous avez le cœur qui tremble. Les médias financiers et les gérants essayent de minimiser l’impact pour que vous soyez soi-disant rassuré.

Moi, je vais vous dire la vérité. Vous avez le droit de savoir au lieu d’être un investisseur abandonné.

Pour faire avancer le schmilblick de la Bourse, les bulles spéculatives sont nécessaires. Elles se forment puis éclatent en laissant sur le carreau de nombreux investisseurs particuliers et professionnels. Voici tout le paradoxe pour aborder la Bourse avec sérénité. Oui, c’est un éternel recommencement.

Quand le niveau psychologique de la bulle spéculative est au stade du pessimisme ou du scepticisme, vous n’êtes pas emballé de mettre un sou sur les marchés. C’est une erreur que vous pouvez traîner comme un boulet.

Mais des investisseurs à la Warren Buffett vont profiter de votre démoralisation pour investir à bon compte sur des actions de belle qualité. Voyant le coup venir, quelques investisseurs avec des moyens financiers conséquents vont déclencher une hausse soudaine de leurs cours. Par exemple, c’est vrai dommage de ne pas acheter du l’Oréal en pleine chute alors que ses fondamentaux sont solides.

Quand la bulle spéculative arrive dans un état psychologique marqué par un engouement excessif, vous avez tendance à vous laisser emporter par la meute qui pense que ça peut que monter. Vous mettez le paquet.

Soudain, vos espoirs sont douchés par quelque chose d’imprévisible. Mais vous continuez à être têtu en rajoutant une couche. Vous estimez que la baisse est temporaire.

En vérité, l’analyse graphique signale que vous êtes entré au mauvais moment. Nous sommes à l’aube d’un marché baissier. Les armes de destruction massive arrivent en masse. Attendez-vous à un possible krach boursier. Le plus rassurant est que ce phénomène de marché est rare. Mais quand ça arrive, ça fait laisse des traces sur le plan psychologique. Sans un travail sur vous-même, vous pouvez être marqué à vie.

Pour en savoir plus sur les bulles spéculatives, vous pouvez lire mon article d’Investir En Actions, « Formation d’une bulle spéculative : 4 étapes clés à savoir ». Sachez que c’est un des canas à débloquer dans votre réussite en Bourse.

En faisant une métaphore en lien avec l’économie réelle, la Bourse fonctionne par cycles. Vous l’aurez compris que c’est mieux d’acheter un peu plus agressivement en période creuse. Ceci dit, c’est difficile à mettre en pratique parce que vous avez encore des freins psychologiques. Puis encore faut-il que l’occasion se produise.

 

Partez ou repartez de bon pied en prenant un meilleur départ

Je vous assure par expérience que si vous appliquez correctement ces étapes. Vous allez progresser. Vous allez gagner en confiance.

Malgré tout, c’est du boulot. Sang, sueur et larmes seront au rendez-vous. Ne croyez pas que ce sera facile. Ne vous découragez pas à la moindre difficulté. Si vous bloquez sur un petit détail, ce n’est pas grave. Rassurez-vous, vous n’êtes pas obligé de tout savoir pour investir en Bourse avec sérénité.

Je dois également vous dire que ces étapes ne vont pas résoudre tous vos problèmes. Mais quel que soit votre niveau, vous avez au moins une ligne directrice pour vous guider.

Voilà, à présent, vous avez un carnet de route pour aborder la Bourse avec un minimum de risque. Suivez-le attentivement !

Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on TwitterSovanna Sek on Youtube
Sovanna Sek

Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.


Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l’or.