Questions Fréquentes

Questions générales

En 2016, j’ai réalisé +27 % sur mon portefeuille d’investisseur de long terme. Avec des dividendes réinvestis, la performance s’élève à 30 %. Cependant, je préfère relativiser parce que 2016 est ma première année dans le vert.

Cela m’a permis de compenser mes performances décevantes des années passées bien que j’ai fait de bons investissements. Avec du recul, mes investissements sur le secteur aurifère m’ont vraiment pénalisé en termes de performance.

Par ailleurs, je gère un portefeuille de trading depuis octobre 2015. Pour l’instant, je le publie sur mes reporting mensuels.

Vous pouvez commencer à ouvrir un PEA ou compte-titres sans mettre un kopeck. Certains courtiers en ligne le proposent.

Bien que vous pouviez investir avec un petit capital, je vous conseille à penser « investissement » à partir de 3000 € dans le but de construire vos premières lignes de portefeuille.

Pour l’instant, non.

Je n’exclus pas cette possibilité sur mon blog boursier Investir En Actions. Sur Upside Bourse, mon business model est plus axé l’authenticité et l’organique.

J’ai personnellement 3 comptes titres respectivement chez Fortuneo, Binck et Degiro. Je n’ai pas pour l’instant noué de partenariat.

Évidemment, je vous le ferai savoir si c’est le cas.

Je vous suggère de privilégier des courtiers en ligne éligibles par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) de votre pays de résidence. Le lien ci-dessus concerne la France.

Ceci dit, rien ne vous empêche d’aller voir à l’étranger. Tachez que ce soit dans un pays où les contreparties soient clarifiées.

Je sais que ça fait désordre à première vue. Malheureusement, un contentieux juridique avec Zone Bourse m’a forcé de remplacer Zen Bourse. Si voulez en savoir plus, c’est ici.

J’avance sur divers projets au fil des mois. Évidemment, j’aimerais ça concrétise le plus vite possible. Mais il faut prendre le temps de mettre les ingrédients en place. Si vous êtes abonné au site, vous serez les premiers à être au courant de mes projets en cours ou mes nouvelles offres.

Avec Upside Bourse, vous avez déjà un contenu riche en conseils pour devenir un bon investisseur en Bourse. Je peux vous comprendre que vous ayez d’autres yeux sur d’autres sites boursiers.

Personnellement, cela ne me gêne pas. Pourquoi ? Parce qu’avec mon premier site boursier Investir En Actions, je participe régulièrement à des événements inter-blogs avec eux. Puis je peux compter sur la plupart d’entre eux pour m’aider à contribuer à la popularité de Zen Bourse.

Voici un liste exhaustive :

Vous avez plusieurs supports pour me contacter :

  • Le formulaire de contact
  • Directement par mail sur sovanna.sek@upsidebourse.com. En cas de problèmes, vous pouvez m’envoyer un message à mon mail personnel, sovsek77@gmail.com
  • Par chat en bas à droite, quand je suis disponible
  • Sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Linkedin, Google Plus et YouTube

J’ai créé ce site pour qu’il soit le plus interactif et le plus ouvert possible. J’ai fait en sorte que ça s’adresse à un public qualifié :

  • Vous êtes déjà initié aux bases de la Bourse. Vous voulez investir dans un objectif patrimonial. Pour partir de bon pied, vous pouvez télécharger gratuitement mon guide 13 Astuces Efficaces Pour Acheter Vos Actions Avec Sérénité.
  • Vous avez envie de vous perfectionner pour éviter les galères. Vous pouvez consulter ma liste de vidéos / podcasts qui s’agrandira mois après mois. À travers ces articles, vous allez trouver des conseils avisés et des pièges à déjouer pour réussir à vos investissements en Bourse.
  • Vous voulez franchir un cap. Je vous révèle à travers mes coachings et formations, mes astuces / secrets pour devenir un bon investisseur en Bourse. Dans la durée, je vous ferais en sorte d’étoffer mon offre afin que vous ayez la panoplie complète d’un bon investisseur en Bourse. Mes coachings et mes formations ont été construits de façon que vous ayez résolu rapidement vos difficultés. Quant au retour sur investissement, cela dépend de votre niveau de capital. En toute franchise, j’estime que la fourchette basse est aux alentours de 2 mois et la fourchette haute à 6 mois si vous suivez mes étapes avec rigueur et régularité.

Upside Bourse cherche à vous aider à progresser et devenir un bon investisseur en Bourse avec sérénité.

Ce site vous fait partager les solutions les plus efficaces et simples pour y parvenir dans la durée. Je souhaite que ce site soit un espace interactif et ouvert pour favoriser des échanges constructifs. Puis je ferais mon maximum pour vous proposer un contenu en cohérence avec vos attentes.

Si vous avez déjà parcouru quelques pages de mon site, n’hésitez pas à me contacter ou laisser des commentaires. Quelle que soit la critique, j’essayerais d’améliorer votre satisfaction.

Je m’appelle Sovanna Sek. J’ai la trentaine. Je suis tombé dans la marmite de la Bourse au cours de ma vie active dans le bâtiment.

En profitant d’une rupture conventionnelle de travail en septembre 2014, j’ai quitté mon statut de salarié dans le bâtiment pour faire de ma passion, mon métier, jusqu’à mes vieux jours. Je sais qu’il y aura du sang, sueur et des larmes pour réussir à vivre de la Bourse. Je sais que c’est ambitieux. Ce site peut servir également de tremplin pour trouver un emploi dans la finance de marché.

Sovanna SEK, ce n’est pas uniquement un blogueur financier, un investisseur indépendant et futur coach/formateur en Bourse. J’aime bien lire des livres plus particulièrement sur la Bourse et l’économie. Je suis l’auteur du livre L’Or Votre Assurance Contre Les Crises. Je pratique le trail à un niveau très modeste. Je suis supporter du club de football, Chelsea FC.

Analyse fondamentale

Cette question pourrait l’objet d’un débat.

Moi en tant qu’investisseur (non trader), j’attache une importance parce qu’elle se base sur des éléments tangibles, surtout les actions qui sont des parts d’entreprises. Ayez à l’esprit que les entreprises mettront tout en œuvre pour créer de la valeur pour les actionnaires.

Évidemment, vous n’êtes pas à l’abri d’un scandale de grande échelle du style Enron ou d’un accident industriel comme celui de BP.

Sur le long terme, le retour à la réalité prendra toujours le dessus avec les fondamentaux des entreprises. L’analyse graphique les reflètera souvent par anticipation.

Par contre, il existe des éléments de l’analyse fondamentale qui méritent d’être mis à la poubelle : les statistiques économiques, les événements politiques et géopolitiques. Avec franchise, ce sont des bruits de couloir de court terme qui vous empêchent de vous concentrer sur votre stratégie d’investissement.

Vous avez souvent tendance à privilégier les actions domestiques pour construire votre portefeuille boursier. Effectivement, je peux vous comprendre pour des raisons évidentes.

Faire preuve de patriotisme dans vos choix d’investissements est tout à fait respectable. Cependant, dans un monde ouvert, la diversification internationale permettrait de mieux répartir votre risque dans votre portefeuille boursier.

Avec l’euro, vous avez la chance d’investir sur des places financières sans avoir l’obsession de la volatilité du taux de change. Alors, ne vous en privez pas parce il y a des entreprises européennes de belle qualité.

Que dire de Wall Street qui est la Mecque de la Bourse. Vous trouverez les meilleures conditions de marché pour acheter et vendre. De plus, la plupart des entreprises américaines sont mondialement reconnues. Dire que vous partez dans l’inconnu me semble déplacé.

Je ne vais pas tourner autour du pot. Je ne sais pas envie de vous prendre pour des investisseurs idiots, naïfs ou stupides.

Si vous voulez progresser en Bourse sur le long terme, apprenez à éviter les actions qui détruisent de la valeur aux actionnaires. Maintenant, vous voulez connaître les types d’entreprises. Les voici :

  • Des entreprises ayant terni leur image suite à des scandales. Cela peut être un boulet qui traîne pendant une belle lurette. Les exemples ne manquent pas avec BP avec l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon et Société Générale avec Kerviel.
  • Des entreprises ayant réduit ou supprimer leur dividende. L’actionnaire est très fâché. Il va vous le faire savoir sur le cours de Bourse.
  • Des entreprises peu transparentes sur leur états financiers. Si vous me suivez depuis quelque temps, vous pourrez faire votre propre idée.
  • Des entreprises dotées d’un management qui ne s’alignent pas sur les intérêts des actionnaires. Vous risquez de trouver souvent ce cas, dans les petites et moyennes entreprises et le secteur technologique.
  • Des entreprises qui alternent le bon et le mauvais sur sa capacité à faire des bénéfices. Les actionnaires qui cherchent à investir sereinement en Bourse, privilégient des entreprises avec un business stable et récurrent.

C’est une question qui revient souvent en surface. En France, je ne sais pas si c’est un fantasme ou une culture traditionnelle en matière d’investissement.

Lorsque vous voyez des actions avec 7 ou 8% de rendement par exemple, il est clair que cela vous attire. Pourtant, vous pouvez vous faire piéger. Pourquoi ?

Une rendement élevé peut se traduire mécaniquement par une baisse du cours de l’action pour des raisons fondamentales. Si c’est bien le cas, mieux passer votre chemin et guetter d’autres opportunités d’investissement de belle qualité.

Un rendement élevé peut être le fruit d’une politique de dividende fixée par l’entreprise. Il existe des cas particuliers comme les foncières cotées.

Si vous souhaitez avoir du haut rendement sans vous faire pigeonner, tâchez à regarder les fondamentaux de l’entreprise.

Au final, faire du rendement, un critère de première ordre, s’avère être quitte ou double.

Vous avez remarqué dans les publications de résultats des entreprises, que les médias financiers mettent en avant le chiffre d’affaires, le bénéfice net et le BPA (Bénéfice net Par Action). À vue d’œil, le compte de résultat est entièrement concerné. Quid du bilan actifs-passifs et du tableau du flux de trésorerie.

Pourquoi le compte de résultat est un document comptable qui ne vous dit pas tout ?

Premièrement, le chiffre d’affaires peut être trompeur. Je veux bien qu’il soit en hausse année après année. Mais si c’est pour obtenir un résultat d’exploitation ou opérationnel en baisse significative, alors je dis non merci.

Deuxièmement, le compte de résultat ne donne aucune indication sur la santé financière de l’entreprise. C’est bien d’avoir une croissance du bénéfice net et du BPA sur plusieurs années. Mais soyez quant même sur vos gardes si elle est réalisée par de l’ingénierie financière sauvage

Beaucoup d’entre vous regardent le compte de résultat et le bilan actifs-passifs pour analyser financièrement une entreprise cotée en Bourse. Mais vous avez tendance à mettre de côté le tableau de flux de trésorerie. Pourquoi il est si précieux ?

Raison n°1 : Le tableau de flux de trésorerie permet de savoir si l’entreprise ne brûle pas inutilement son cash en même temps qu’elle fait des bénéfices. Ainsi, vous pouvez savoir si ses bénéfices sont réalisés de manière saine ou pas.

Raison n°2 : Le tableau de flux de trésorerie permet de connaître le cycle d’investissement d’une entreprise à travers les CAPEX (Capital Expenditures). En bon français, on les appelle dépenses d’investissement ou sorties de capitaux.

Raison n°3 : Le tableau de flux de trésorerie permet de savoir si les rachats d’actions sont réalisés éventuellement par de la dette. La majorité des entreprises cotées en Bourse ont une politique traditionnelle de rachat d’actions, surtout aux États-Unis où c’est une norme.

Raison n°4 : La gestion de la trésorerie joue un rôle notable pour distribuer des dividendes aux actionnaires. Le free cash flow est un critère financier qui doit être regardé de près.

En quelque sorte, le tableau de flux de trésorerie est un bulletin de santé d’une entreprise. Vous pouvez savoir à travers ce document comptable, ce qui se passe concrètement dans l’entreprise avec les chiffres.

Contrairement aux idées, le gearing n’indique en rien sur le niveau d’endettement d’une entreprise. En effet, il permet de savoir si sa croissance de son business est faite prioritairement à crédit ou pas.

Vous souhaitez avoir le cœur net sur la solidité financière d’une entreprise. Voici l’article « Évaluer la solvabilité d’une entreprise : 8 critères financiers à respecter » qui pourrait vous intéresser.

Lorsque je fais mon analyse financière sur une action, je porte une attention particulière sur :

  • L’évolution du BPA (Bénéfice par action) sur cinq à dix ans
  • L’évolution du dividende/action sur cinq à dix ans
  • L’évolution du free cash flow opérationnel d’une année sur l’autre pour voir si l’entreprise gère bien sa trésorerie
  • Le free cash flow/action soit supérieur au dividende/action
  • La dette nette/EBITDA ou dette nette/EBIT pour mesurer sa capacité à honorer à rembourser la dette
  • Le ROE (Retour sur capitaux propres), la rentabilité pour l’actionnaire
  • Le ROA (Retour sur actifs) que je privilégie pour certaines sociétés de consommation
  • Le ROCE (Retour sur capitaux employés) que je privilégie pour des secteurs à forte intensité capitalistique

Pour être complémentaire, voici une vidéo avec une synthèse sur les critères financiers bien que je ne les cites pas tous.

Je suis un investisseur de long terme avec une approche plus fondamentale. Dans un premier temps, je regarde la partie quantitative, c’est-à-dire l’analyse des états financiers (compte de résultat, bilan actif passif, tableau de flux de trésorerie, annexes). Ensuite, j’analyse les grandes lignes de son business en ciblant les point forts, les points faibles mais aussi le couple risques / opportunités.

Ma prise de décision se base essentiellement sur des critères fondamentaux. Je ne néglige pas l’analyse graphique pour évaluer le cycle de vie de la valeur. Cependant, je l’utilise avec modération.

Après avoir acheté la valeur dont je suppose qu’elle est de belle qualité, je suis du genre à la conserver pendant plusieurs années, décennies ou à vie.

En quelque sorte, je suis un investisseur à l’ancienne du style buy and hold. Je m’inspire de ce que pratique Warren Buffett. Officieusement, je me considère comme son disciple.

A titre privé, je gère un portefeuille d’investisseur dont vous pouvez trouver la composition et la performance. En règle générale, je le mets à jour à chaque trimestre.

Analyse technique

Vous pouvez trouver des plateformes gratuites sur Zone Bourse ou Investing.com. Sachez qu’elles ont le même fournisseur qui s’appelle TradingView.

D’ailleurs, j’ai fait un tutoriel sur la seconde.

Lorsque vous lisez des livres et des blogs consacrés à l’analyse technique, vous êtes nombreux à recopier leurs méthodes. À première vue, cela vous parait simple. Mais en réalité, vous restez scotché sans rien faire. Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas préparés mentalement à affronter la dure loi des marchés financiers.

Comme je suis généreux dans l’effort, voici quelques pièges sur l’analyse technique à déjouer :

  • Un indicateur technique en surachat comme le RSI ou Stochastique n’est pas synonyme de vente à tout prix.
  • Un indicateur technique en survente comme le RSI ou Stochastique n’est pas synonyme d’achat à tout prix.
  • Les divergences haussières ou baissières servent à vous faire balader si elles ne cassent pas la zone de neutralité.
  • Les chandeliers japonais sont pratiques pour évaluer la psychologie des acteurs de marché. Parfois, elles peuvent être déroutants à court terme.
  • Le moyenne mobile ne joue pas à tous les coups, le rôle de ligne de tendance ou de support/résistance.
  • La dynamique des volumes n’est pas forcément un signal précurseur d’un changement de tendance.

Les figures chartistes ont une capacité prédictive non négligeable. Certaines avoisinent un taux proche de 80 %. Et en plus, c’est statistiquement prouvé.

Toutefois, ne vous reposez sur l’aspect statistique pour gagner en Bourse.

L’analyse technique est un outil d’aide à décision et de gestion du risque puissant. Mais elle génère souvent des signaux aléatoires. Les contre-pieds sont récurrents. Pourquoi ?

Parce qu’elle s’est vulgarisée sur le Web.

Parce que la Bourse des années 2000 n’a rien à voir avec celle d’aujourd’hui. La liquidité est plus satisfaisante. Il y a de nombreux investisseurs qui interviennent sur le marché. L’importance de la cotation électronique a un impact important sur la dynamique de l’activité du secteur de la finance.

Avec les évolutions technologiques sur la cotation électronique qui vont avec, je ne suis pas étonné qu’on fait la part belle aux produits dérivés. Sans surprise, la détention moyenne d’une action a considérablement baissé.

Tendance de la détention moyenne d'une action

Sans hésitation, ma réponse est l’Ichimoku Kinko Hyo. Voici pourquoi sans tourner autour du pot.

C’est un indicateur qui exprime la zénitude. Il va vous apporter une vision pragmatique de l’analyse technique. Vous allez voir en un coup d’œil si l’action ou la classe d’actif mérite de s’intéresser à l’achat ou pas, grâce à sa position par rapport au Kumo.

Pour travailler mes points d’entrée, il m’arrive d’utiliser les retracements de Fibonacci en plus des supports et des résistances, et des figures chartistes.

Sur des entreprises de belle qualité ayant leurs preuves lors des différentes crises économiques, financières et géopolitiques, je me contente de regarder le cycle graphique de l’action. En règle générale, leurs cours de Bourse reviennent très rarement sur leurs plus-bas historiques de long terme d’environ 5 à 10 ans parce qu’elles ont un business stable et s’adaptent bien aux évolutions technologiques.

Sur des entreprises évoluant dans des secteurs hautement volatils ou peu compréhensibles aux premiers abords pour un investisseur particulier, j’en fais une priorité sans négliger l’analyse fondamentale.

Retraite

Soyons honnête. Dites au revoir à votre retraite à vie.

Je ne vous dis pas ça par provocation ou pour vous faire peur.

La retraite telle qu’elle est aujourd’hui, aura du mal à exister. Le but n’est pas de savoir quand. La victoire d’Emmanuel Macron risque de ne rien changer.

Le problème est que de nombreuses personnes commencent à préparer leur retraite durant leurs dernières années de leur vie active. À terme, c’est une erreur. Prenez vos responsabilités pour la planifier. Si possible, le plus tôt possible. De plus, ne vous contentez pas de l’objectif de la retraite. Visez l’indépendance financière. Ce n’est pas un gros mot.

Le monde a radicalement changé grâce à l’ère de l’information. Elle a remis en question toutes les vieilles idées reçues de la génération du baby-boom qui sont devenues obsolètes. De plus, cela vous a empêché de développer votre esprit entrepreneurial. Notre système éducatif doit être repensé en profondeur.

Nous sommes en train d’assister à l’émergence d’un nouvel ordre. Le système de retraite par répartition est insoutenable d’un point de vue économique et structurel, sur le long terme. Le point de rupture se rapproche lentement. Cela pourrait s’accélérer à cause d’un facteur anxiogène.

Ce graphique vaut mieux qu’un long discours pour prouver par A+Z que votre retraite est en danger. Si vous persévérez à croire que c’est impossible, vous serez vulnérable au changement de paradigme qui est train de se dérouler.

Tendance du ratio actif retraité en France