Comment survivre à un krach boursier

comment survivre krach boursier

Un krach boursier, c’est le pied pour l’investisseur à la Warren Buffett. En effet, les meilleurs investisseurs se nourrissent de la peur de la meute pour dénicher les meilleures opportunités.

Pour les professionnels de la finance qui bombent leur torse devant les médias financiers, c’est un gros mot à bannir de leur langage sous peine de grincer leurs clients. Lorsque cela arrive, ils peinent à trouver des justifications tangibles. Si j’étais vous, autant ignorer leurs conseils. La plupart d’entre eux n’ont pas une âme d’investisseur. Pour couronner le tout, ils n’investissent pas leur propre argent dans les fonds mutuels qu’ils gèrent.

Avant de vous dévoiler les bons ingrédients pour affronter ce phénomène financier d’une extrême violence, un rappel de sa vraie définition ne vous fera pas de mal.

 

C’est quoi un krach boursier ?

Un krach boursier se résume à un effondrement brutal des prix des actifs financiers. Sur le plan psychologique, il est le symptôme d’une panique généralisée des investisseurs face à un évènement imprévisible. Le fait que ce dernier n’a pas été anticipé dans les cours fait qu’il y a une course-poursuite pour sauver les meubles.

Néanmoins, certaines idées reçues à son propos sont fausses ou à relativiser. Premièrement, l’erreur serait de confondre avec le bear market alias le marché baissier. La différence se situe sur la dimension temporelle. Un krach boursier se mesure sur une séance journalière tandis qu’un bear market s’étend sur plusieurs mois, trimestres ou années.

Deuxièmement, il arrive à un moment où le bear market est déjà en marche. Disons que ce n’est la conséquence de l’accumulation des signaux négatifs comme c’était le cas en octobre 2008.

Troisièmement, cela reste un phénomène rare dans l’histoire de la Bourse. D’où l’intérêt de ne pas vous faire influencer par son caractère amplificateur sur les marchés lorsque les médias jouent les perturbateurs.

Maintenant que vous êtes conditionné, voici quelques recettes pour survivre à un krach boursier.

 

Savoir faire le dos rond

Si vous décidez d’investir en Bourse pour diversifier votre patrimoine financier, ayez à l’esprit que ce n’est pas un long fleuve tranquille parce qu’elle a son lot de bulles et de krachs du fait de sa cyclicité.

Pour survivre à un krach boursier, vous devez faire preuve de courage et de caractère, avoir confiance dans vos convictions d’investissement et surtout garder votre calme.

N’oubliez que les fondamentaux seront des forces de rappel que Monsieur le Marché prendra conscience tôt ou tard. C’est la seule chose rassurant que je puisse vous dire dans ce scénario extrême.

Toutefois, ce n’est pas évident à première vue pour des investisseurs peu aguerris. Pour ma part, les expériences malheureuses lors de mes premiers pas en Bourse m’ont permis de m’améliorer mon éducation financière et maîtriser mon aversion au risque.

 

Prenez du recul et oubliez la Bourse de temps en temps

Lorsque le krach boursier se manifeste, les médias de masse ne vont pas hésiter à faire la une de l’actualité en vous faisant paniquer inutilement. Ils vont vous persuader que c’est une catastrophe pour l’économie. À court terme, il n’y a pas de doute que c’est douloureux.

Personnellement sur le long terme, je trouve salutaire parce qu’il a le mérite d’éliminer les excès nuisibles du système financier et économique dans le but de repartir sur des bases saines. Malheureusement, vous avez du mal à regarder au-delà sur le coup de l’émotion.

Tout ça à cause de ses décideurs politiques qui veulent maintenir à tout prix leurs privilèges. Un krach obligataire, ça ne fera pas mal pour remettre leur tête à l’endroit.

Dans ce genre de situation, l’un des meilleurs remèdes contre un krach boursier est de prendre vos distances en n’ayant pas en permanence l’œil sur vos cours de Bourse. Couper vos écrans ou fermer vos applications mobiles permet de penser à autre chose que la Bourse. N’oubliez pas que nous n’avons qu’une vie. Vous avez sûrement des centres d’intérêts pour l’équilibre de votre vie. Par exemple, faites une séance de footing ou de la randonnée permettra d’évacuer le stress engendré par les marchés financiers. De cette façon, vous allez vous refaire une santé au niveau psychologique et physique.

 

Évitez de suivre la meute : Une question de survie

Si vous comprenez la signification de l’expression célèbre de la haute sphère financière « tondre les moutons », vous avez fait un premier pas vers votre réussite en Bourse.

Il consiste à profiter à la fois de la prospérité liée à l’expansion de crédit par l’intermédiaire du Quantitative Easing1 des banques centrales et des turbulences de marché pour racheter des actifs au rabais.

Dans cette histoire, vous êtes une cible idéale en tant qu’investisseur particulier. Vous êtes tenté d’investir au pic du marché. Cela s’explique par la loi d’attraction causée par les prix élevés. Plus ça monte sur plusieurs années consécutives, plus ça génère des pensées positives et entraîne une foule d’investisseurs. C’est à ce moment-là que les grosses mains prennent en grande partie leurs bénéfices. Par la suite, ils ne vont pas se gêner pour faire un bain de sang à la baisse avec de la vente à découvert.

Si vous voulez surmonter un krach boursier, vous devez impérativement comprendre la notion de bulle spéculative puis ne pas agir en fonction de ce que font les autres. Apprenez à forger votre opinion en étant votre propre conseiller.

 

Considérez un krach boursier comme un allié de circonstance

En tant qu’investisseur de long terme, survivre à un krach boursier est aussi un business. Si on se limite sur le marché actions, la panique de la meute va générer des opportunités d’investissement sur des entreprises de belle qualité. Le fait qu’elles sont cotées à des prix anormalement bas par rapport à leur fondamentaux intrinsèques, sont des occasions en or. Elles ne vont pas se reproduire de sitôt. Autant ne pas traîner les pattes.

Je sais pour certains d’entre vous. Cela va à l’encontre de vos habitudes comportementales, mais la Bourse est ainsi faite. Vous devez l’accepter même si ça peut choquer à chaud.

Votre esprit moutonnier est votre propre ennemi. Il vous empêche de prendre les bonnes décisions en matière d’investissement. À force d’écouter les guignols de la finance, vous aboutissez généralement à des échecs pouvant affecter votre vie professionnelle et personnelle.

N’ayez pas peur d’un krach boursier pour guetter des opportunités d’investissement sur des entreprises de belle qualité intrinsèque avec des prix discounts. Vous n’allez pas le regretter à l’avenir.

 

Raccrochez-vous aux dividendes

Vous avez tendance à oublier l’importance du dividende dans la performance d’un portefeuille. Il constitue une source de revenu durable à condition que vous ciblez des actions de belle qualité à long terme. Du point de vue de l’investisseur, c’est aussi un airbag en temps de crise.

Avec des entreprises qui possèdent un historique de plusieurs décennies consécutives de hausse du dividende, vous obtenez quelque chose de plus zen dans votre portefeuille. Elles ont déjà traversé des crises avec résilience. Bien que le parallèle avec l’histoire peut biaiser votre analyse, il n’y a pas de raison que cela ne passe pas mal à la prochaine crise.

 

Survivre à un krach boursier, ça se prépare !

Si je devais vous rassurer, c’est qu’un krach boursier d’ordre systémique reste une rareté. L’histoire prouve que des classes d’actifs comme les actions sont rentables à long terme. Investir en Bourse dans une forme de peur est somme toute exagéré. Quelle que soit votre expérience, vous aurez tout de même un pic de stress. Le but sera de le canaliser pour survivre à un krach boursier.

En résumé, ne cherchez pas une sorte de potion magique. Les recettes qui y sont présentes n’ont rien d’extraordinaire mais pèsent le bon sens. Mes retours d’expériences m’ont appris qu’il est préférable de prévenir pour guérir. La gestion d’un portefeuille a tout son importance avec quelques suggestions à prendre :

  • Si vous détenez des actions d’entreprises de belle qualité intrinsèque comme Air Liquide, Essilor, Coca Cola, etc, n’hésitez pas à renforcer à bon compte vos positions par accumulation ou en moyennant le prix de revient à la baisse. Généralement, elles possèdent un bon pedigree historique sur les crises précédentes.
  • Si vous avez des plus-values à la clé sur des actions très volatiles, prendre vos bénéfices ne serait pas idiot.
  • Maîtrisez vos émotions et ne soyez pas influencé par les informations des médias de masse qui vont engendrer de la crainte auprès l’opinion publique. En gros, conservez votre indépendance d’esprit pour ne craindre ce phénomène de marché rare mais destructif tant sur le plan financier et psychologique.
  • Lorsque le krach boursier est en cours, dites adieu à votre chère analyse technique parce que la peur des investisseurs va prendre le dessus. En effet, ils feront tout pour sortir et récupérer ce qu’il peut plutôt de se concentrer sur les supports donnés par les graphiques.

 

1Quantitative Easing : Politique monétaire accommodante de la part des banques centrales pouvant être prise dans des situations exceptionnelles comme le maintien des taux d’intérêts bas sur une longue durée et la célèbre planche à billets dont le but est de soutenir soi-disant l’économie réelle.